Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ma Ville / Territoire / Energie / La géothermie
Actions sur le document

La géothermie

La première application de la géothermie à Saint-Ghislain a débuté à l'automne 1985. L'exploitation concerne essentiellement le chauffage urbain, plus précisement celui des bâtiments scolaires et sportifs ainsi que d'habitations sociales situés à Saint-Ghislain.
 

Découvrez le dépliant de l'IDEA

 

Comment fonctionne le chauffage urbain ?

Suivons le périple de l'eau géothermique. Celle-ci, puisée selon les besoins au puits de Saint-Ghislain, est acheminée vers la centrale de chauffe où elle passe dans la batterie des échangeurs en vue de transférer de sa chaleur à l'eau du réseau de chauffage urbain proprement dit. Par cette opération, la température de l'eau géothermique est considérablement abaissée, passant de 70 à 40°.

Partiellement dépouillée de pouvoir calorifique, l'eau géothermique quitte la centrale de chauffe et est dirigée vers le complexe horticole d'abord, vers l'équipement de préchauffage des boues de la station d'épuration des eaux usées de Wasmuël ensuite. Elle est ainsi successivement utilisée à deux autres opérations de chauffage dont nous reparlerons ci-après et voit encore sa température diminuer pour atteindre 30°, permettant donc son rejet à la Haine dans le respect des prescriptions concernant la protection des cours d'eau.

Outre les échangeurs de température, la centrale de chauffe est dotée de chaudières classiques apportant éventuellement un appoint de chaleur ou, le cas échéant, prenant en charge la totalité du chauffage de l'eau du réseau.
 

3 utilisations en série sont mises en oeuvre :

  • un chauffage urbain admettant que l'eau géothermale utilisée revienne après utilisation à une température s'élevant jusqu'à 40° ;
  • cette même eau servant ensuite au chauffage de serres horticoles en soutirant l'énergie disponible en 40 et 35° ;
  • cette même eau étant finalement exploitée pour le préchauffage des boues du digesteur de la station d'épuration des eaux usées de Wasmuël qui utilisera en partie l'énergie disponible entre 35 et 40°.


Cette exploitation, "en cascade" pourrait-on dire, de l'eau chaude, en qualité et température données, permet d'abord une contribution géothermique maximale pour le chauffage urbain, ensuite la meilleure utilisation du potentiel disponible d'eau géothermale et, enfin, de répondre aux contraintes de préservation de l'environnement.

 

Pour en savoir plus : www.energie.wallonie.be